La Ministre Vidal et le problème de la coopétition dans le monde académique

J’étais à deux doigts (vous voulez pas un whisky?) d’intituler ce billet « Frédérique Vidal n’a pas inventé la coopétition » mais ça faisait un chouïa clickbait… Du coup, un peu de retenue pour commencer le week-end.

Contexte

Le jeudi 6 février dernier était publié le compte-rendu d’un séminaire d’accompagnement des nouveaux directeurs·rices d’unit organisé par le CNRS et la Conférence des Présidents d’Université françaises. Ce compte-rendu vaut surtout parce qu’il retranscrit les propos tenu par Frédérique Vidal, Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation.

Dans le contexte de la réforme des retraites et de l’élaboration de la loi pluriannuelle pour la programmation de la recherche, chaque mot prononcé par un membre de l’exécutif français est scruté, analysé, disséqué.

Au cours de l’interview mené durant le séminaire, l’animatrice pose cette question à la Ministre : Une recherche qui privilégie la performance, les stars et la compétition ne détruit-elle pas sa crédibilité auprès du public ?

Ce à quoi la Ministre a répondu ce qui suit :

Les premières annonces que je viens de rappeler montrent qu’il ne s’agit en aucun cas de prendre des mesures réservées à telle ou telle catégorie de chercheurs ou d’enseignants-chercheurs. Bien au contraire ! Et quiconque est passé par un laboratoire sait bien qu’il n’y a pas deux catégories de chercheurs. Au fil d’une carrière, tout le monde passe par des hauts et des bas, certains projets prennent plus de temps, certains n’arrivent pas à leur terme, rien ne se fait jamais en un claquement de doigt.

Ce qui fait la spécificité de notre communauté, c’est d’être dans une compétition qui implique un travail d’équipe. C’est ce qu’on appelle “coopétition” – ce mot-valise qui mêle compétition et coopération – traduit bien l’émulation collective qui définit la recherche. 

Par ailleurs, je pense que notre pays a besoin d’être fier de ses scientifiques, de ses prix Nobel et de ses médailles Fields, fier qu’une découverte majeure, reconnue par la communauté internationale, ait été produite dans un laboratoire français. Il n’y a pas de contradiction entre rendre hommage à certains de nos collègues, dont les travaux ont abouti à des résultats remarquables, et faire en sorte que nos concitoyens soient fiers de leur recherche. Reconnaître la qualité d’un chercheur ou d’une chercheuse, c’est aussi reconnaître tous ceux qui constituent son équipe. C’est une évidence, même.

Le plus intéressant n’est pas tant la référence explicite au classique du western spaghetti, Le bon, la brute et le truand , que le mot employé pour décrire la situation dans les laboratoires de recherche : la coopétition.

C’est quoi la coopétition ?

La coopétition est cette situation, a priori paradoxale, d’entretenir des liens de compétition avec quelqu’un en même temps que l’on coopère avec. Le terme/concept n’est donc qu’une contraction de coopération et compétition. Disons-le tout de suite : Frédérique Vidal ne l’a pas sucé de son pouce. En réalité, il s’agit d’un concept bien connu des économistes et des chercheurs qui étudient les stratégies de management.

Pour faire vite, on va parler de coopetition studies pour qualifier ce domaine de recherche. Relativement hétérogènes et encore assez fragmentées, le coopetition studies n’en reste pas néanmoins importante d’un strict point de vue quantitatif. Des Coopetition Labs existent de même qu’un réseau international exclusivement dédié à l’étude des mécanismes propres aux relations coopétitives.

L’ouvrage de référence est vieux de presque 25 ans. Publié en 1996 par A. Brandenburger et J. Nalebuff, l’ouvrage Co-opetition est aujourd’hui considéré comme un classique même si son approche par la network analysis n’est plus fondamentalement celle qui est la plus suivie.

Pendant presque un quart de siècle, les recherches sur la coopétition sont restées cantonnées aux recherches de stratégies managériales. Ce n’est que très récemment et selon des transferts dont les modalités ne sont pas claires (de mon point de vue) que le concept a progressivement été investi par des recherches en SHS et notamment en histoire. C’est d’ailleurs la raison d’être du projet Marie Curie COLEX mené au sein de la Casa de Velázquez depuis octobre 2019. Allez jeter un coup d’œil à ce que j’en dis dans le premier post publié sur ce blog.

La coopétition comme argument politique

Dès la parution de l’article reprenant les propos de la Ministre, le twitter académique français s’est lâché sur la coopétition. Naturellement, le terme de « novlangue » a directement été utilisé pour se référer à ce qui aparaissait pour beaucoup comme une nouveauté. Frédérique Vidal et l’exécutif français auraient inventé ce nouveau terme disruptivo-start(ship)troubleur (j’espère que les fans de Paul Verhoeven apprécieront).

Le vendredi 7 février, Mathilde Larrere a ainsi relayé sur Twitter un ensemble d’affiches de l’UFR de Lettres de Tours. Ces affiches visaient à tourner en ridicule de même qu’à opérer un renversement des perspectives vis-à-vis de l’utilisation du terme « coopétition ». Chacune de ces affiches contient la même phrase : « F. Vidal invente la « coopétition » ? Nous aussi, on sait inventer des mots ». Et de propoer des termes comme « gouvernementir », « précarilarité » ou « doctorabotage ». Chacune de ses affiches se terminant par « Non à la novlangue managériale ».

Ok. Bon. So much to say about it. Le plus important est sans doute de rappeler ici que le concept de coopétition n’est pas le produit d’une novlangue managériale. Son fondement matriciel réside bien dans les recherches menées autour des stratégies de management développées par les entreprises. On peut ne pas aimer ce genre de recherches (chacun son droit, chacun son chemin, passe le concept à ton voisin…), je le conçois bien. Sauf qu’ici on ne peut pas reprocher à un exécutif d’essayer de créer du sens et de l’adhésion autour d’un projet législatif retoqué avant d’avoir même été analysé (la communication du projet de la LPPR étant sans cesse repoussée par l’exécutif).

En réalité, la coopétition peut avoir une vertu opératoire non négligeable pour la recherche en SHS. Again. C’est la raison d’être d’un projet comme COLEX, par exemple.

Là où les critiques peuvent se focaliser c’est au sujet de la mobilisation d’un tel concept dans le cadre d’une action politique. Comme l’indiquait Catherine Rideau-Kikuchi sur Twitter, on peut très bien envisager la coopétition comme concept opératoire. Le mobiliser dans le cadre d’une politique volontariste autour de l’enseignement supérieur est une autre affaire puisque cela sous-entend que l’on est constamment et irrémédiablement pris dans des logiques qui incitent les chercheurs·euses à coopérer alors qu’ils/elles seraient également en compétition. Les propos de la Ministre tendent à illustrer la situation des laboratoires de recherche comme un lieu où chacun·e entend atteindre des objectifs davantage individuels que collectifs. La valorisation du pôle « compétition » est d’ailleurs explicite dans les propos de la Ministre. De même, ce positionnement est révélateur – s’il était encore besoin de le prouver – que le prisme par lequel semblent être vues toutes les relations sociales, personnelles ou professionnelles est celui de la compétition pure…qui, du reste, n’existe pas.

Certes la coopétition est partout. C’est en cela qu’elle constitue un concept potentiellement mobilisable dans les SHS. Néanmoins, affirmer que des relations coopétitives sont présentes dans tous les milieux est loin de signifier qu’elles sont présentes à chaque instant. C’est toutefois ce que semble impliquer la Ministre quand elle dit que le travail en équipe est une compétition et que celle-ci deviendrait le levier par lequel s’effectuerait une émulation collective… Affirmer cela c’est aussi oublié un peu vite ce que nous disent les coopetition studies au sujet de l’issue de ce type de relations : il ne s’agit pas d’un jeu à somme nulle où s’observe in fine une distribution belle et harmonieuse des moyens et des résultats.

La vision réductrice de la coopétition telle que véhiculée par le type de discours que tient la Ministre prouve derechef la cohérence d’une pensée où le darwinisme (social) est transmuté en une théorie de la survie et où la coopétition ne sert qu’à expliquer qu’il faut coopérer parce que seul on ne peut pas toujours vaincre ses collègues…pardon…ses adversaires.

See you later coopéteurs.

 

 

Photo by Andrew Neel on Unsplash

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.